downloadpagenav-gridpagenav-nextpagenav-prevsearchsharesocial-facebooksocial-googlesocial-instagramsocial-linkedinsocial-periscopesocial-pinterestsocial-twittersocial-youtube

Concept

De toutes les pièces de la maison, la cuisine est la plus complexe et la plus fascinante. C’est un lieu où se rencontrent gastronomie et convivialité, mais également des éléments ancestraux tels que l’eau et le feu, ainsi que des matériaux hautement performants et des technologies avancées. Depuis toujours, Arclinea s’adapte à cette réalité complexe en cherchant à concilier la précision technique et la fonctionnalité, ainsi que l’innovation des formes et celle des espaces. C’est pour cette raison que depuis de nombreuses années l’entreprise travaille avec un concepteur tel qu’Antonio Citterio, non seulement pour fabriquer des équipements et des meubles, mais également pour concevoir différemment des espaces où cuisiner et vivre.

Arclinea Concept

Presque une vie: 35 ans de projets avec Arclinea 

Après près de 35 ans de collaboration avec Arclinea, avez-vous envie de faire le bilan sur cette activité ? En d’autres termes, quelle évolution observez-vous dans votre travail de recherche et de conception sur les espaces et les produits pour vivre la cuisine?
Si je devais résumer mon travail de projet pour Arclinea en un mot, je parlerais de contexte. Dès le début, la recherche n’avait pas seulement pour objectif de résoudre des détails, mais aussi de définir l’idée conceptuelle de la cuisine et la façon dont cette cuisine, qui se compose de différents éléments et détails, se rapporte au contexte, devenant ainsi un témoignage d’époques et de modes de vie, parfois différents. C’est justement là l’un des aspects les plus fascinants de la conception de cuisines : représenter le changement social, photographié ou, d’une certaine manière, anticipé par les concepteurs, les architectes et les entreprises. Dans les années 70, la cuisine était un espace privé, qu’il fallait dissimuler. Aujourd’hui, c’est un environnement que l’on montre à ses amis, et qui ne fait plus qu’un avec l’espace social autrefois réservé au séjour. Je dirais qu’étudier la manière dont la cuisine est à la fois un espace de travail et un environnement intégré à la vie de chacun a toujours caractérisé mon approche du travail avec Arclinea.

Dès le début, j’ai voulu imposer un travail du projet non seulement sur les formes, mais aussi sur un concept d’environnement où préparer la nourriture et la table, mais aussi vivre d’autres fonctions résidentielles.

Certes, les tendances et les habitudes domestiques changent, mais des cuisines Arclinea que vous avez dessinées il y a longtemps sont encore en production. Qu’est-ce qui permet à ces produits de durer si longtemps sur un marché très complexe?
Notre collaboration a commencé il y a longtemps : le premier produit est sorti en 1988 et nous avons déjà établi les bases d’une stratégie de produit industriel, en travaillant sur des composants «transversaux», c’est-à-dire des éléments standardisés à associer selon les besoins, permettant ainsi de créer une cuisine personnalisée. Ainsi, le premier produit, qui s’appelle Italia et qui est toujours en production, faisait déjà clairement référence à un concept professionnel, en assumant son éloignement de la technologie classique des « meubles pour cuisine » par le biais de l’utilisation de l’acier, en augmentant l’importance et la dimension des plans, etc.

Arclinea Concept
Double îlot opérationnel Italia: le «concept» professionnel satisfait les besoins actuels et accueille des réflexions ponctuelles sur les nouvelles exigences de performance.
Arclinea Concept
Double îlot opérationnel Italia: le «concept» professionnel satisfait les besoins actuels et accueille des réflexions ponctuelles sur les nouvelles exigences de performance.
Arclinea Concept
La poignée Italia, un brevet Arclinea, produit artisanalement selon un procédé de fabrication unique et exclusif.

Comment votre expérience d’architecte vous guide-t-elle dans la conception d’espaces pour la préparation et la consommation des aliments ? Est-ce là qu’il faut trouver l’origine des différents concepts de cuisine que vous avez réalisés?
Je reviens au thème des typologies. Dans l’histoire de mon travail d’architecte qui construit, j’ai dû faire face à différentes situations: de la conception de maisons pour des amis et des clients, à des hôtels et, plus récemment, à d’entières tours résidentielles. Toutes ces expériences m’ont servi à mieux comprendre « où en était », pour moi et pour le public, l’idée de cuisine, comment elle devait fonctionner et ce qu’elle représentait. En effet, à bien y penser, la cuisine est une représentation de notre manière d’habiter, de l’évolution de notre mode de vie. Ainsi, alors que la « salle à manger » perdait en importance, j’ai eu l’idée, pour la cuisine Convivium, en 2002, d’une grande table intégrée dans l’îlot, permettant de servir de lieu de rencontre et de relation entre les personnes pendant la préparation du déjeuner ou du dîner.

Je crois que le secret de la « longévité » du produit Arclinea est aussi lié au concept de composants industriels utilisables sur différents modèles et à celui de l’innovation des typologies.

Fonctionnalité, style, esthétique: dans votre échelle de valeurs idéale, où placez-vous ces aspects dans le projet pour Arclinea et plus généralement dans votre approche de concepteur?
Je ne parlerais pas tant de fonctionnalité que de complexité. Lorsque je conçois des cuisines, il est primordial de ne pas partir de l’enveloppe mais de se concentrer sur le complexe processus de fabrication, qui s’effectue dans « l’espace cuisine ». La fonction esthétique va de pair avec la fonction physique. Elle ne se situe pas à un niveau inférieur, mais elle répond aussi à cette complexité. Le choix d’un matériau, par exemple, n’est pas un simple détail. C’est aussi une réponse à un besoin. Ainsi, lorsque nous avons réalisé l’îlot Lignum et Lapis en 2008, un monolithe monomatiériste en acier ou en pierre, nous avons beaucoup travaillé sur la forme du grand plan et sur les détails, mais l’approche de base était fondée sur la complexité de ce type d’environnement: il faut pouvoir recevoir les invités d’un côté et concentrer tout l’équipement opérationnel de l’autre. De plus, avec Lignum et Lapis, nous avons développé encore le concept du Closet, un espace clos qui contient des espaces opérationnels dédiés, conçu en 2002 avec le projet Convivium.

Arclinea Concept
Îlot opérationnel et table conviviale intégrée : Convivium amplifie le caractère central de la cuisine dans le vécu résidentiel, qui est de plus en plus partagé.

L’idée d’une cuisine très connotée formellement peut donc être reprise dans ces produits ? Ou le concept spatial qui est à la base de tout nouveau projet est-il plus important?
Je pense que l’aspect le plus intéressant de ma collaboration avec Arclinea n’est pas de dessiner des modèles mais des éléments compatibles. Chaque élément conçu est transférable sur différents modèles. Il s’agit d’éléments qui peuvent évoluer, mais qui font toujours partie d’un système: un système ouvert, qui ne renie jamais sa propre matrice. Pour faire un parallèle avec le monde informatique, il s’agit d’éléments que l’on peut mettre à jour, comme les mises à jour de logiciels, mais qui continuent à « tourner » sur le même système, en se renouvelant avec le temps. Par exemple, dans la cuisine Principia, qui applique le concept d’espaces plus ouverts et d’autres plus fermés, nous avons voulu intégrer au mieux tous les aspects qui font de la cuisine un véritable espace habitable. En suivant cette idée de composants faisant partie d’un système, nous travaillons également sur de nouveaux produits, liés à de nouveaux concepts.

Mes expériences personnelles aussi, par exemple mon mariage, la naissance de mes enfants et le fait de les voir grandir, m’ont servi à comprendre « où en était » l’idée de la cuisine et comment la concevoir au mieux.

La qualité de ces cuisines est formelle et spatiale, mais également technique. Quelle est l’importance la combinaison de ces composants, des détails et des matériaux pour obtenir le meilleur résultat?
Je pense qu’avec tous les produits Arclinea, nous avons réussi à bien associer ces différents composants. Tout comme en son temps avec l’acier inox, nous avons trouvé la meilleure technologie pour produire la cuisine Italia. Plus récemment, nous avons introduit des finitions telles que le PVD (Physical Vapour Deposition), une technologie spéciale qui fixe la couleur sur l’acier par évaporation de molécules de titane. Le traitement rend l’acier encore plus résistant, en l’enrichissant de couleurs spéciales. Ainsi, un classique tel que la cuisine Italia, mais aussi des produits plus récents comme Convivium, s’adaptent aux attentes plus évoluées du public ou, mieux encore, les créent.

Arclinea Concept
Derrière l’îlot convivial, la paroi équipée et les compartiments fonctionnels, cachés par des portes escamotables du système New Pocket, pour une parfaite fonctionnalité dans la cuisine.
Arclinea Concept
Un design inimitable caractérise l’îlot « sculpture » Lignum et Lapis, conçu comme une unité d’habitation individuelle, à la fois opérationnelle et conviviale.
Arclinea Concept
Derrière l'îlot convivial, la paroi équipée et les compartiments fonctionnels, cachés par des portes escamotables du système New Pocket, pour une parfaite fonctionnalité dans la cuisine.

Pouvez-vous nous donner une idée des projets en cours?
Cette publication présente l’état d’avancement de la production d’Arclinea, mais il est intéressant de regarder au-delà de l’actualité immédiate. Quoi qu’il en soit, je profite de la question pour dire que cette publication est vraiment importante pour moi. Je la considère plus comme un livre que comme un catalogue, de par la façon dont elle présente en même temps les produits et les concepts sur lesquels s’est fondé mon travail au fil des ans, et je salue l’équipe du projet pour cette manière de communiquer. Cette collaboration de longue date aussi est un peu comme l’écriture d’un livre: nous avons changé certains « mots », corrigé d’autres, mais nous avons finalement réussi à raconter une manière d’habiter. Pour l’avenir, je peux révéler que nous travaillons sur l’évolution d’un concept que j’ai mis en place dans certains immeubles de logements, notamment en Extrême-Orient. Les deux zones principales, wet kitchen et show kitchen, sont traitées différemment mais intégrées dans un système de produits unique, précisément pour anticiper sur un besoin qui, selon nous, devrait se généraliser.

Parce qu’il n’est pas facile de trouver la meilleure technique pour obtenir un fonctionnement et des finitions parfaites, nous travaillons beaucoup sur l’industrialisation pour trouver le bon rapport coûts-avantages.

Vous êtes un architecte qui construit beaucoup, mais vous êtes aussi un véritable designer industriel. Dans ce rôle, comment pensez-vous que le design va évoluer et comment va-t-il se situer par rapport à l’industrie, notamment en ce qui concerne Arclinea?
Je crois que pour que le design et les entreprises qui l’utilisent puissent survivre intelligemment, il convient précisément de rester fidèle à l’idée du design industriel. Le marché mondial exige aujourd’hui une telle précision et une telle polyvalence du produit, et à cette demande on ne peut répondre qu’en utilisant le potentiel de l’industrie 4.0, c’est-à-dire une automatisation intelligente, qui permet de produire des éléments de qualité presque artisanaux, par exemple, une cuisine entièrement « sur mesure », ou en tout cas personnalisée, par le biais de technologies industrielles. En ce sens, Arclinea est à l’avant-garde et peut donc opérer également sur le marché des collectivités, ce qui est essentiel pour l’avenir des entreprises. La capacité à traiter de grands nombres est aujourd’hui vitale pour donner la mesure et confirmer la validité des entreprises, même celles comme Arclinea, dont l’histoire est très longue et consolidée.

Arclinea Concept
La paroi en boiserie intègre les portes du système Modus, à ouverture horizontale : le filtre et le séparateur matiériste séparent les zones de la maison et l’espace cuisine.
Le marché mondial exige aujourd’hui une telle précision et une telle polyvalence du produit, et à cette demande on ne peut répondre qu’en utilisant le potentiel de l’industrie 4.0.

Demander des informations

  • aux activités de profilage

  • à la communication à des tiers à des fins de marketing

En cliquant sur la touche envoyer, je confirme la demande du service indiqué au point a) de la note d’information, le consentement au traitement des données pour les finalités du service et avec les modalités de traitement prévue dans ladite note d’information, y compris l’éventuel traitement dans des États membres de l’UE ou dans des pays non-membres de l’UE.

Top